Treizième conférence du LFG sur les diamants synthétiques

24.03.2016

La 13ème conférence du Laboratoire Français de Gemmologie (LFG) s’est déroulée le 9 mars 2016 dans une salle comble. Le sujet, les diamants synthétiques, est d’actualité et intéresse de nombreux acteurs du marché de la joaillerie.

 Dans une première partie, Alexandre Droux, gemmologue en charge des pierres de couleurs au LFG a présenté de nombreuses pierres d’intérêt. Tout d’abord il est revenu sur la classification des feldspaths avec un cas d’étude important : une pierre de soleil étoilée de plusieurs dizaines de carats. Il s’avère en effet que cette pierre de soleil n’était pas un oligoclase classique mais plus un feldspath potassique. Une tanzanite huilée a permis de revenir sur le décret de 2002 et sur les pratiques lapidaires traditionnelles. L’effet « gota de aceite » connu dans les émeraudes colombiennes, a été observée très faiblement dans une émeraude zambienne. Enfin, une tourmaline fibreuse de couleur zonée rose a fait l’objet d’un article dans la Revue Français de Gemmologie.

 Dans un second temps, Aurélien Delaunay, responsable diamants au LFG, a fait un point sur les diamants synthétiques observés au LFG. Les observations du LFG permettent d’avoir un aperçu assez fidèle de la proportion de diamants synthétiques dans le marché français. Cette conférence fait l’objet d’un résumé développé ci-dessous.


Retrouvez le compte-rendu ici

Partager